Des leaders mondiaux de la santé se rendent au Mozambique pour soutenir la riposte au VIH/sida

Ambassadeur Dr. John N. Nkengasong, États-Unis Coordonnateur mondial du sida et représentant spécial pour la diplomatie mondiale de la santé, a visité Maputo du 14 au 16 juin. L’ambassadeur Nkengasong était accompagné de la directrice exécutive de l’ONUSIDA, Winnie Byanyima, qui dirige les efforts des Nations Unies pour mettre fin à la pandémie de sida d’ici 2030, et du chef de la gestion des subventions au Fonds mondial, Mark Edington. Cette visite conjointe historique, la première fois que ces trois dirigeants d’organisations se sont rendus au Mozambique ensemble, souligne le fort engagement à lutter contre le VIH/sida au cours des 20 dernières années ainsi que l’importance cruciale d’une riposte durable au VIH/sida.

Au cours de leur visite, la délégation a rencontré le Premier ministre Maleiane, le ministre de l’Économie et des Finances Tonela et le ministre de la Santé Tiago, ainsi que des organisations de la société civile. Lors de ces réunions, la délégation a souligné la nécessité d’élaborer une riposte durable au VIH/sida, l’importance de la protection des droits de l’homme et la nécessité de travailler dans plusieurs ministères pour lutter contre l’épidémie de VIH/sida au Mozambique. Le groupe a également visité Primeiro de Maio, un établissement de santé à volume élevé à Maputo soutenu par le PEPFAR et le Fonds mondial qui vise à prévenir les nouvelles infections par le VIH et le tuberculeux et à améliorer l’accès à des soins et à des services de traitement de qualité pour les personnes vivant avec le VIH.

« sauver des vies et mettre fin au VIH/sida en tant que menace pour la santé publique au Mozambique – et dans le monde – d’ici 2030 nécessite une réponse durable au VIH/sida », a déclaré l’ambassadeur Nkengasong. « Les États-Unis, le Fonds mondial et l’ONUSIDA sont unis dans notre partenariat avec le Mozambique pour y parvenir. Grâce au leadership des pays, à la collaboration avec des partenaires bilatéraux et multilatéraux et à un engagement fort de la société civile, le Mozambique peut atteindre les objectifs de traitement du VIH de l’ONUSIDA d’ici 2030. »

« Cette visite conjointe au Mozambique nous a tous inspirés », a déclaré Winnie Byanyima, directrice exécutive de l’ONUSIDA. « La fin du sida est possible, mais seulement en travaillant ensemble en tant que gouvernement, société civile, partenaires internationaux et ONU, en autonomisant les femmes et les filles, et en veillant à ce que personne ne soit stigmatisé ou exclu. Dans un pays où le visage du VIH est celui d’une fille, où toutes les 20 minutes une adolescente ou une jeune femme est infectée, nous avons vu comment, en augmentant les leçons de programmes efficaces, nous pouvons surmonter les inégalités qui freinent la fin du sida. Pour atteindre tout le monde, il nous faudra tous. »

« Le Mozambique a fait de solides progrès dans la réduction de la propagation du VIH et il a été impressionnant de voir une partie du travail derrière les progrès de ce voyage », a déclaré Mark Edington, responsable de la gestion des subventions au Fonds mondial. « Nous sommes profondément engagés à aider le Mozambique à mettre fin au VIH/sida en tant que crise de santé publique, mais le maintien et l’intensification de ces progrès jusqu’à présent prendront un engagement fort de la part de tous les partenaires, du gouvernement et de la société civile. »

Le gouvernement américain, le Fonds mondial et l’ONUSIDA ont apporté un soutien important et continu au Mozambique dans sa lutte contre le VIH/sida depuis leur fondation. Chaque année, les États-Unis investissent plus de 400 millions de dollars dans le financement du PEPFAR au Mozambique afin de mettre fin au VIH/sida en tant que menace pour la santé publique d’ici 2030. Au cours des trois prochaines années, le Fonds mondial prévoit d’investir 770 millions de dollars dans le VIH, la tuberculose et le paludisme. Le gouvernement américain soutient le Mozambique dans sa lutte contre le VIH/sida depuis l’ouverture du Bureau de coordination du PEPFAR au Mozambique en 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *