Une science de la sexualité est encore possible – mais pas dans le sens traditionnel du terme

La sexualité humaine a longtemps été un sujet de fascination et de curiosité dans la communauté scientifique. Des chercheurs de différents domaines ont cherché à comprendre pourquoi nous sommes attirés par certaines personnes et comment notre orientation sexuelle se développe.

De Sigmund Freud à Judith Butler, la route vers une science de la sexualité est une histoire fascinante d’ambition et de guerres culturelles, d’erreurs et de percées scientifiques.

Mes recherches récentes poursuivent la quête pour faire de la sexualité une science. Les écoles de pensée de deux personnes qui s’y posent divisent actuellement le domaine : la psychanalyse et la théorie queer.

Les psychanalystes croient que le désir suit des lois spécifiques et suit des modèles prévisibles, tandis que les théoriciens queer soutiennent que les lois ont des exceptions et préconisent une vision plus créative de la sexualité.

Ma recherche propose une théorie de l’information du désir qui chevauche la ligne de ces deux groupes en faisant valoir que nous devrions considérer l’objet de notre désir comme de l’information.

La psychanalyse peut nous aider à comprendre comment ce type particulier d’information est stocké, tandis que la théorie queer peut nous aider à comprendre comment cette information est organisée et réorganisée en interne.

Naissance de la psychanalyse

Un drapeau arc-en-ciel flotte au-dessus d'une foule de personnes marchant dans un défilé.
Un drapeau arc-en-ciel est agité lors du défilé de la fierté à Saskatoon, en Saskatchewan, en juin 2022. LA PRESSE CANADIENNE/Heywood Yu

Sigmund Freud, formé à l’origine comme médecin, croyait aux bases scientifiques de la sexualité. Il a été le premier à considérer le sexe comme le sujet d’une discussion sérieuse. À partir de 1902, des collègues se réunissaient tous les mercredis dans son appartement pour discuter de la pratique psychanalytique qu’il a établie.

Les débats sur la façon d’étudier la sexualité ont rapidement divisé le cercle de collègues de Freud. En 1911, Alfred Adler s’est séparé et a transformé la psychanalyse en études sociales et culturelles. Deux ans plus tard, Carl Jung s’est séparé et s’est tourné vers des questions philosophiques et existentielles.

Une photo en noir et blanc d'un homme avec une barbe blanche, des lunettes noires rondes et un chapeau.
Le psychanalyste Sigmund Freud chez lui à Londres en juin 1938. (AP Photo)

À l’époque, Lou Andreas-Salomé, la première psychanalyste féminine, ne croyait pas que l’une ou l’autre séparation menaçait le statut scientifique de la psychanalyse :

« La source de sa vitalité ne réside pas dans un mélange brumeux de science et de sectarisme, mais dans le fait d’avoir adopté comme principe fondamental ce qui est le principe le plus élevé de toute activité scientifique. Je veux dire l’honnêteté. »

Bien que Freud ait conservé la loyauté d’Andreas-Salomé jusqu’à la fin, il n’a pas partagé son optimisme quant au pouvoir d’union de l’honnêteté et les divisions de pensée au cœur de son mouvement le délégitimer.

Psychologie nord-américaine

La quête pour transformer la sexualité en une science crédible a survécu à Freud, en particulier en Amérique du Nord. Des psychologues cliniquement formés à l’après-guerre a emprunté des théories freudiennes et ont utilisé des méthodes scientifiques traditionnelles pour les tester empiriquement.

Rejeter l’intérêt exclusif de Freud pour les études de cas individuelles, les psychologues américains et canadiens visaient à mieux comprendre les populations. Cependant, ce changement a conduit à voir les homosexuels comme un groupe social distinct, ce qui a finalement donné lieu à l’homophobie et à la thérapie de conversion.

Au Royaume-Uni, la fille de Freud, Anna, a encouragé la guérison de l’homosexualité même si son père avait dénoncé des pratiques similaires.

En France, le psychanalyste Jacques Lacan a exhorté ses collègues à revenir aux méthodes de Freud. La culture de consommation a réduit au silence des voix similaires en Amérique du Nord.

La psychothérapie a perdu sa devise scientifique – la poursuite de la vérité – et est devenue une question de poursuite du bonheur. Conscient de la façon dont le grand écran a étoffensé la psychologie de Freud, Marilyn Monroe – une lectrice sérieuse de la psychanalyse – a refusé de jouer dans un film sur lui par respect.

La sexualité de nos jours

Au moment où le Canada a décriminalisé l’homosexualité en 1969 – et que l’American Psychological Association ne l’a pas classée comme un trouble mental quatre ans plus tard – les études sur la sexualité avaient évité ses origines psychologiques.

Mais les explications biologiques prévalaient. Les scientifiques se sont demandés si l’homosexualité courait dans la famille et ont émis l’hypothèse de l’existence d’un gène gay et de sa relation avec la sélection naturelle.

Malgré le fait politiquement correct de se détourner de « pourquoi gay » ? à « comment gay ? » dans la recherche clinique après les années 1970, et la tournure anti-psychologique dans le féminisme connue sous le nom de guerres Freud des années 1980, la perspective d’une science de la sexualité a presque disparu jusqu’à ce que les théoriciens queer fassent à nouveau leur cas dans les années 1990.

La théorie queer a rejeté les identités collectives fixes et a réaccentué les études de cas individuelles de la même manière que Freud. Au lieu de cela, les théoriciens queer considéraient la sexualité comme quelque chose de plus dynamique.

Un individu d'âge moyen vêtu d'un blazer noir et d'une chemise habillée sourit tout en tenant un grand livre à couverture rigide.
La philosophe et théoriste des études de genre Judith Butler sourit après avoir reçu le Theodor W. Prix Adorno à Francfort, en Allemagne, en septembre 2012. (AP Photo/Thomas Lohnes)

Des théoriciens queer comme Judith Butler ont mis l’accent sur la relation entre la vie interne et la vie externe. Ils ont souligné comment les artistes de drag perturbent la façon dont nous attribuons le genre au quotidien.

Cette déconnexion entre ce que nous voyons et le sens que nous lui donnons est une chance pour la sexualité de rompre avec l’habitude et de devenir imprévisible.

Le défi de notre moment actuel

De nos jours, beaucoup considèrent la sexualité comme trop compliquée ou trop subjective pour devenir une science. Les théories de Freud sont souvent rejetées comme des pseudosciences.

Mais cette perspective est dangereuse pour la poursuite de la science. Selon Elizabeth Young-Bruehl, une psychanalyste queer qui a pratiqué à Toronto jusqu’à sa mort en 2009, nous avons abandonné la psychologie de profondeur de Freud et sa théorie de l’inconscient et promu des théories psychologiques superficielles.

L’homophobie et les caricatures de psychanalyse sont nées de notre relation avec la science, pas avec celui de Freud. Bien qu’il ait été désireux d’établir une science de la sexualité, il considérait cette science comme historique plutôt que expérimentale.

Les sciences historiques visent à reconstruire les événements passés et à favoriser le caractère unique des détails et des cas individuels. Les sciences expérimentales, en revanche, se préoccupent de l’avenir et de la question de savoir si un événement se répétera.

Théorie de l’information du désir

Pourquoi les individus se font-ils passer pour homosexuels ou bisexuels à un moment donné de leur vie, mais pas plus tôt ? Pourquoi certaines premières expériences de même sexe façonnent-elles une identité queer alors que d’autres ne le font pas ?

Une théorie de l’information du désir pourrait donner un aperçu de ces questions. Lorsque les gens queer parlent du moment déterminant où ils sont sortis à eux-mêmes, il peut être utile de considérer l’acceptation de soi comme une sorte de commande informatique – une entrée qui exige une réorganisation radicale du réseau d’information ou de l’identité de quelqu’un.

Les événements de la vie deviennent des intrants, et les orientations sexuelles et les identités de genre deviennent des réseaux d’information. Certaines expériences entre personnes de même sexe peuvent n’entraîner que des changements partiels dans le réseau d’information, tandis que d’autres peuvent conduire à la reconfiguration complète de l’identité d’une personne.

Que pouvons-nous découvrir avec une science de la sexualité ? Le fidèle ami de Freud, Andreas-Salomé, avait raison de considérer l’honnêteté comme le principe suprême de toute activité scientifique. Sans cela, nous aurions affaire à des entrées incorrectes ou à des réseaux d’information vus à l’envers.

Le mois de la fierté n’est pas seulement une célébration de la sexualité, c’est aussi une célébration de la science.

221 Replies to “Une science de la sexualité est encore possible – mais pas dans le sens traditionnel du terme”

  1. Hey there! This is kind of off topic but I need some help from an established blog. Is it very difficult to set up your own blog? I’m not very techincal but I can figure things out pretty fast. I’m thinking about making my own but I’m not sure where to begin. Do you have any ideas or suggestions? Many thanks

  2. Hey there! This is kind of off topic but I need some help from an established blog. Is it very difficult to set up your own blog? I’m not very techincal but I can figure things out pretty fast. I’m thinking about making my own but I’m not sure where to begin. Do you have any ideas or suggestions? Many thanks

  3. I was recommended this website by my cousin. I am not sure whether this post is written by him as no one else know such detailed about my difficulty You’re wonderful! Thanks!

  4. I was recommended this website by my cousin. I am not sure whether this post is written by him as no one else know such detailed about my difficulty You’re wonderful! Thanks!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *