L’évangélisation du yoga de Narendra Modi

The Economist se joint à une contorsion de masse vivifiante à Trafalgar Square

la place trafalgar, comme de nombreux espaces publics de Londres, est entassé d’histoire indienne britannique. Sur l’un de ses socles géants se trouve une statue de Charles James Napier, conquérant du Sindh en 1843. Sur un autre se trouve Henry Havelock, qui a battu les rebelles à Kanpur en 1857. Le 20 juin, la place a accueilli une sorte plus nouvelle de construction d’empire indien – sous la forme d’une 300 Indiens britanniques et d’autres divers (y compris The Economist) pratiquant le yoga.

C’était une célébration précoce de la journée internationale du yoga, une initiative de l’un lancée à l’inrection de Narendra Modi en 2015. Les critiques du programme international hindou du Premier ministre indien considèrent son évangélisation du yoga avec suspicion, compte tenu des origines hindoues de la pratique. Le chant de yoga « Om » est un son sacré dans les Écritures hindoues. Pourtant, la journée annuelle de yoga est, comme la pratique elle-même, plus évidemment inclusive. Cela signifie une confiance et une visibilité accrues des Indiens – et le génie de M. Modi pour le marketing de son pays et de lui-même. Praticien quotidien, le dirigeant indien devait marquer la journée du yoga en dirigeant une contorsion multinationale au siège de l’un des États-unis à New York.

2 Replies to “L’évangélisation du yoga de Narendra Modi”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *